Les couleurs : le blanc

Et si on vous en faisait voir de toutes les couleurs : le blanc

9ème volet de notre série sur les origines et significations des couleurs…

Le blanc représente la couleur parfaite. Mais comme pour le noir, la question de son acceptation comme couleur se pose souvent. Sur le plan optique, le blanc étant la somme de toutes les couleurs, il n’a pas sa place comme couleur. Mais il existe une différence entre la théorie optique et la perception que nous pouvons avoir du blanc à travers la peinture et les matériaux qui nous entourent. Sur le plan symbolique et expérientiel, le blanc s’affirme alors comme une couleur : ce qui est blanc n’est pas incolore.

 

 

Le blanc en peinture : fabrication

Le blanc le plus célèbre utilisé dans la peinture est le « blanc de plomb ». D’abord utilisé dans l’Égypte antique, il n’a été égalé que dans les années 1930 avec le blanc de titane. Selon la méthode de fabrication la plus ancienne, des récipients de grès étaient à demi remplis de vinaigre sur lequel étaient déposées de fines plaques de plomb. Les récipients étaient alors fermés et enterrés dans du fumier, la chaleur de celui-ci permettait en quelques mois la dissolution du plomb. Décomposé en poudre blanche, le plomb était séché, moulu et mélangé à du liant pour fabriquer des peintures ou du maquillage (mélange hautement toxique qui abîmait la peau, ce qui provoquait l’application d’une couche de maquillage encore plus épaisse pour masquer les lésions, qui abîmait encore plus la peau, ce qui provoquait… etc. 🙁 )

Blanc divin, du deuil et des apparitions surnaturelles

Le blanc, de par sa symbolique de pureté (car non entaché par les noirs péchés 😉 ), est associé au monde divin. Des dieux grecs se vautrant en toge blanche sur des nuages blancs, au blanc de la colombe symbolisant l’Esprit Saint dans la religion catholique, ce qui est blanc est pur et innocent. La Vierge Marie porte dans la plupart de ses représentations une cape bleue ainsi qu’une tunique blanche et un foulard blanc (qui symbolise également le deuil).

Dans de nombreuses régions en Europe, les femmes portaient pendant la période de deuil de grands foulards blancs qui leur enveloppait la tête et le haut du corps. La tradition veut également que les bougies et les fleurs présentes durant les enterrements soient blanches. Selon certaines autres croyances religieuses, en Asie notamment, le blanc est la couleur du deuil car il symbolise la réincarnation.

Le blanc est aussi la couleur des fantômes : les âmes qui ne trouvent pas le repos éternel sont représentées errant vêtues de linges blancs (leurs tuniques mortuaires).

Blanc de la royauté et de la capitulation

Le blanc, couleur divine, est associée à la royauté et, comme couleur de mouvement politique, il désigne la monarchie absolue. À la chute de Napoléon, le premier parti politique, celui des Bourbons voulant revenir au pouvoir, s’appelait « les Blancs ».
La révolution russe a vu elle s’affronter deux clans : les rouges (communistes) contre les blancs (partisans du Tsar).
Le 29 avril 1945, les habitants de Munich ont reçu l’ordre d’accrocher aux fenêtres des draps blancs, en attendant l’arrivée des soldats américains. Ces draps sont devenus symbole de la capitulation allemande et, par extension à la capitulation tout court. Une personne agitant le drapeau blanc annonce son souhait de ne plus lutter.

Le blanc dans le design et le graphisme

Le blanc est, au même titre que le noir, très utilisé dans le design d’objet et dans l’architecture. Sans détourner les objets ou les bâtiments de leurs fonctions, il met en valeur les tracés, les courbes ou les lignes épurées.

Dans la mise en page, le blanc du papier permet de faire respirer une composition. Le vide repose l’œil et apporte de la légèreté, ainsi qu’un équilibre visuel au lecteur. Le blanc sert à mettre en valeur les éléments de la composition, tout en favorisant la lisibilité d’une image ou d’un texte. Un logo blanc associé au bleu ou sur fond bleu inspire la confiance et la sécurité ; ces teintes sont souvent utilisées dans les identités visuelles des assureurs ou tout domaine touchant à la sécurité des personnes. Le blanc est aussi LA couleur de l’hygiène (car non taché, encore une fois) et se retrouve dans les secteurs tels que l’industrie pharmaceutique, les services de nettoyage, etc. Il est souvent associé au bleu ou au vert.

Et vous, êtes-vous plutôt blanc cassé ou blanc d’œuf ? Couleur de la perfection et de la propreté, le blanc a aussi de nombreux atouts dans une composition graphique : il l’aère et favorise la lisibilité. Alors surtout, n’ayez pas peur du vide ! 😉

Si vous désirez une identité en accord avec votre activité, venez en discuter autour d’un café (au lait)
Contactez nous par téléphone au 09 82 22 78 78 ou par mail.

Comments are closed.